exemple de maladie d'arbre

Maladies et parasites (appuyer sur pause pour lire)

C H Â T A I G N I E R 

Maladie de l'encre du châtaignier

Cette maladie découverte en France et en Espagne en 1860 est surtout présente dans l’Ouest
de la France.
Deux espèces voisines du genre Phytophtora sont responsables de la maladie de l’encre du
châtaignier: Phytophtora cambivora et Phytophtora cinnamomi.

Symptômes
- Les feuilles de la cime sont rabougries, clairsemées, jaunes en pleine période de
végétation. Ce flétrissement gagne peu à peu l'ensemble du houppier. On assiste
ensuite à des dépérissements progressifs de branches puis de l’arbre entier de façon
plus ou moins rapide en fonction des conditions atmosphériques et du terrain.
- Plages noirâtres sur les grosses racines.
- Suintement visqueux noirâtre à partir d’une lésion au niveau du collet. Ce symptôme
est tardif et n’apparaît que lorsque la lésion des racines remonte jusqu’au tronc.
Biologie
Les champignons responsables sont des parasites primaires. Cependant, ils peuvent vivre en
saprophytes dans le sol. P. cinnamomi attaque les racines. P cambivora attaque plutôt le
collet.
Le champignon pénètre par l’extrémité des radicelles qu’il détruit. Il attaque ensuite des
racines de plus en plus grosses pour arriver au collet avec destruction du cambium.
La maladie peut mettre de 3 à 10 ans pour tuer l’arbre atteint. Lorsque l’arbre est en période
active, elle ne progresse plus. Au contraire, au repos, elle progresse dans les cellules.
Dans une parcelle, la maladie évolue en tache d'huile.
L'écoulement visqueux noirâtre observé est constitué de sève colorée en noir par des
substances phénoliques oxydées. Ces dernières sont produites par les tissus en réaction contre
le parasite.

maladie de l'encre

source photo: http://www.fairesonjardin.fr/maladie-de-l-encre.html

Facteurs favorisants
Ce phénomène concerne principalement les sols très hydromorphes, mais aussi les sols très
limoneux ainsi que les sols tassés par les engins forestiers. La succession d’années fortement
arrosées et d’une année très sèche et très chaude favorise alors le développement de la
maladie.

Stratégie de lutte
Aucune lutte curative n’est possible pour limiter l’impact de l’encre en peuplement forestier.
Lorsqu’un peuplement est fortement affecté, l’exploitation des bois n’a d’intérêt que pour
récolter les arbres secs ou dépérissants. Elle n’agit en rien sur la maladie qui reste présente
très longtemps dans le sol. La régénération naturelle, par semis ou par rejets, généralement
abondante chez le châtaignier, est suffisante pour constituer un peuplement d’avenir, même si
des mortaités peuvent survenir rapidement, notamment au sein des semis.
La lutte préventive passe avant tout par le respect des zones sensibles : utilisation stricte des
cloisonnements d’exploitation et débardage sur sol ressuyé.

chalarose du frêne

L E  F E U  B A C T E R I E N 

feu_bacterien_Fredon_IdF